W vs E

Bouchons de liège collés sur masonite et photographie. 2 pièces de  40″ x 28″. 1000$ Achetez!

Inspiré par l’aventure numérique de « Quintesssence », mais m’ennuyant tout de même du travail manuel et d’un résultat plus tangible qu’une impression papier, même de très bonne qualité, je décide de revenir à la matière en utilisant des bouchons de liège comme matière première. Comme avec dans l’étude du 5, transformer un élément négligeable en élément essentiel à l’élaboration  d’une composition complexe.

L’intrus

Bouchons collés sur masonite. Quatre panneaux 12″ x 15″. 200$ . Achetez!

Un cuisinier au Mas des Oliviers, Mario, faisait des babillards avec les bouchons recyclés au resto. Ça m’a donner l’idée de faire des tableaux à partir de ce simple matériau. Ce sont ici mes premiers essais en bouchons coupés transversalement pour augmenter la surface du tableau et faciliter le montage et le collage. Le résultat est encore proche du « pin board » même si j’ai tenté de faire des compositions plus complexes. 

Un français en italie

Dix panneaux ont été ainsi assemblé autour de la thématique de « l’intrus ». Tout les bouchons de chaque tableaux sont du même pays sauf un. C’est l’intrus. 

Peace

Bouchons collés sur masonite. 28″ x 40″. 1000$. Achetez!

Ces deux tableaux sont mes premières représentations résolument figuratives. Le thème m’a été inspiré par le « Printemps arabe » mais l’ensemble a été créés durant le « Printemps érable ».

La pratique de l’infographie m’avait affranchi des pinceaux, peintures, guenilles etc… Je me rendais compte que ce qui m’intéressais vraiment ce n’était pas tant de peindre ou de dessiner mais de créer des images. En utilisant un matériau aussi peu flexible que des bouchons de liège je ne pouvais arriver qu’à une représentation inédite de n’importe quel modèle.   

Freedom

Bouchons collés sur masonite. 28″ x 40″. 1000$. Achetez!

Pour faire un panneau de 28″ x 40″ comme ces deux derniers il faut 315 bouchons, selectionnés selon leur calibre, leur longueur et leur teinte naturelle, coupés en deux pour couvrir les 630 cases de la composition.

Peu désireux de renouer avec les contingences propres à la peinture, je me suis donner un nouveau défi: utiliser une technique artisanale pour exprimer mon art. Transformer un babillard de bouchons de liège en tableau. 

Phase deux

Après avoir montré ces premières pièces et fait un appel à tous j’ai reçu tellement de bouchons que j’ai pu passer à la « verticale »: ainsi chaque bouchon devient un pixel. Ça prend 1348  bouchons pour monter un cadre de 24″ x 36″ comme celui-ci. Merci à tout ceux qui m’ont confié leur bouchons!  

U

Bouchons collés sur masonite. 28″ x 40″. 3000$. Achetez!

I

Bouchons collés sur masonite. 28″ x 40″. 3000$. Achetez!

L’Enfant Temps

Bouchons collés sur masonite. 28″ x 40″. 3000$. Achetez!

In vino veritas?

Bouchons collés sur masonite. 28″ x 40″. 3000$. Achetez!

Tchin

Bloc de bouchons collés entre eux. 28″ x 40″. 3000$. Achetez!

C’est le premier grand format que j’ai réalisé en collant les bouchons entre eux plutôt que sur un fond. Sur la plan formel c’est une curiosité puisque le fond forme la surface. 

Magie!

Bloc de bouchons collés entre eux. 10″ x 15″. 250$. Vendu.

Mini bloc

Had Hoc

Bloc de bouchons collés entre eux. 40″ x 28″. 3000$. Achetez!

Sainte Babeth

J’ai essayé un nouvelle technique pour faire un bloc de bouchons compact. J’ai coulé de l’époxy sur le bloc de bouchons. Mauvais dosage mais le principe fonctionne.

Bloc de bouchons collés entre eux. 28″ x 40″. 3000$. Achetez!

Avant de refaire un grand format avec la technique d’immersion dans l’époxy  je me fais la main avec des petits formats. Clicker ici pour voir la suite.

État de liège

Épisode 3

 

C’est plutôt sur cette oeuvre que j’ai réalisé ma première grande pièce ceinte au médium acrylique. Je dis ceindre à défaut d’un meilleur terme pour définir comment je serre entre eux les bouchons enduis de médium pour rendre le bloc de bouchons compacte et solide.

C’est pièce a été réalisée pour la 2 ième édition du Festivulve mais elle n’avait pas cette ampleur au début. Moins de 250 bouchons pour la première mouture près de 800 dans le final. Sans le crâne!

Au départ il n’y avait que le coeur de la « vulve-flamme ». C’est par la suite en voulant la recontextualiser dans une ambiance plus chaleureuse que je l’ai agrandie dans un grand rectangle. Mais ça ressemblait trop à une simple chandelle. Le halo lumineux m’a fait penser à un oeuf. J’ai donc décidé d’éliminer les coins. 

Durant la création j’avais placé le crâne sur le cadre de montage de la vulve flamme, un peu par manque de place, un peu pour l’avoir sous les yeux. Puis je me suis dit qu’il y aurait un lien intéressant à faire entre la vie, la vulve et la mort, le crâne.

L’oeuvre s’intitulera donc: « À la vie à la mort « 

Après l’échec relatif de ma « Babeth II » en époxy, mes tests en petits formats se sont avérées concluants. Je reviens donc à de plus grandes pièces avec cette technique de cellules de liège liées entre elles au médium acrylique plutôt que collée sur un fond. 

Mais tout d’abord un mot sur  « L’origine du monde » d’après Gustave Courbet. Oeuvre créée pour le Festivulve. Cette pièce, hommage au grand mystère qu’est le féminin pour l’homme, ne sera jamais terminée. C’est une oeuvre ouverte que je ne collerai jamais. 

Elle est sertie en son boîtier et protéger par une porte en fibre de verre que je n’ouvre que pour me livrer aux manipulations nécessaire à l’évolution du modèle.

 

 

Après la manifestation contre les bouleversements climatique, j’ai décider d’entreprendre ce projet. En hommage à Greta mais de manière plus générale à tout les jeunes activistes qui combattent pour le climat.